Jour 14

Une dizaine d’éclairs et autant de coups de tonnerres, une bonne pluie au milieu de la nuit. Lever 5:00, il pleut, je me recouche, il pleuvine toujours, lever 6:30 j’emballe le tout et départ à 7:30, il pleut de plus en plus ; la pluie n’est pas agréable mais elle n’empêche pas de marcher. 
Vu le temps je choisis la voie la plus directe, nous devons longer pas mal la départementale, mais il n’y a pas trop de circulation.

Héra n’aime pas trop la pluie, quand on passe devant une maison elle se met devant la porte, comme pour dire : « voilà on y est « , mais voyant mon inflexibilité, elle se fait vite une raison et même elle se ballade en reniflant de gauche à droite et de temps en temps elle s’ébroue et continue, ma chienne est étanche.

Bon, pour les photos il faudra attendre une éclaircie. Heureusement, mes habits sont dans des sacs très légers et étanches et mon sac à dos est pourvu d’une housse en cas de pluie, même mon téléphone a droit à son étuis étanche, absolument nécessaire, car, je vous le rappelle, je consulte les cartes sur son écran. Tout ce matériel que je transportais et que je n’utilisais pas.

Vous savez-quoi, je suis très content de mon matériel, mais malgré ça, s’il pleut 3 jours de suite, ça va être compliqué, on verra.

Je vais encore vous parlez de Héra, ben c’est normal, c’est ma coéquipière dans cette aventure; j’ai encore un service logistique avec ravitaillement si nécessaire en la personne de ma grande femme (elle est plus grande que moi !) adorée Marianne et une équipe qui prépare déjà mon arrivée, Mieke s’active peut-être déjà pour préparer la soupe et Monique me suis minutes par minutes.

Dès que le chemin le permet, je laisse Héra libre, généralement elle me précède de quelques mètres en reniflant tout ce qu’elle peut, elle revient parfois en arrière, comme si elle avait raté quelque chose. Mais dès qu’il y a un croisement ou un départ de chemin, elle m’attends, car c’est moi qui indique le chemin.

Sur des petites routes peu fréquentées, je la laisse libre aussi, mais dès qu’elle entend  le bruit d’une voiture, donc bien avant  moi, elle revient en arrière et se met à mes pieds, car on s’arrête pour laisser passer la voiture, et ça fonctionne très bien.

Voilà nous sommes installés dans une crêperie très sympa, Héra sur son petit carré de toile (c’est un de ces petits linges très absorbant) et moi qui attends mon thé chaud.

J’adore le hasard, dernièrement j’ai entendu parlé d’un peintre que je ne connaissais pas (faut dire qu’ils sont très nombreux ceux que je ne connais pas 😉 ), il s’agit de Gustave Caillebotte et de sa toile nommée : les raboteurs de parquet, j’avais très envie de la voir, et bien une copie est exposé à ma gauche dans cette crêperie et je l’aime beaucoup.

J’ai trouvé l’image, l’original doit se trouver dans un musée en Hollande 

Bon, il pleut toujours, la tente est montée, Héra roupille à côté de moi, on a fait 12 km, mais on n’en fera pas plus aujourd’hui.

J’espère qu’il y aura du soleil demain pour faire sécher tout ça.

Ah oui, on est à St-Nazaire en Royans, mais on est dans la Drôme, le passage c’est fait ce matin.

Une éclaircie, vite essayer de sécher quelques affaires, ça ne va pas durer.

3 commentaires sur « Jour 14 »

  1. Il y a qq années il y avait une expo Caillebotte à l’Hermitage à Lausanne. Super! Ce tableau était là aussi. Un homme fascinant avec des tableaux très lumineux. L’eau du bassin est clair, on voit les feuilles au fond. Mais de temps en temps les plombs sautent! Pas grave. L’électricien disait que j’ai assez de jus (assez pour éclairer Versailles!). Mais c’est « déséquilibré » avec filtre à sable et lampes UV. Il reviendra. Les 6 grenouilles donnent régulièrement des concerts. Heureusement les voisins apprécient. Bonne route vers Grignan. Mieke

  2. La nuit ici a aussi été arrosée et une bonne partie de la journée. Vous voilà à peu près au niveau de Romans ! Il doit bien y avoir des « pognes » dans le coin (sorte de brioche ronde aromatisée à l’eau de fleur d’oranger, mmm – un délice !) Demain, en principe, le soleil revient. Vous pourrez avancer encore. Bonne nuit et bonne route demain. Caresses à l’une et bises à l’autre.
    Monique

  3. Salut Mon homme,
    Ici la nuit a été rock’n’roll. Plusieurs gros gros orages. Le tonneau de récolte d’eau de pluie n’a pas seulement débordé, le terrain en-dessous est bien détrempé (on aura de nouveau des champignons améthyste ?). Charlie-chat a passé la nuit dehors, mais Seccotine a préféré la tranquillité du lit. Pas besoin d’arroser aujourd’hui (il pleuvine et menace toujours), par contre le gazon va bientôt obscurcir les fenêtres du rez-de-chaussée.

    biz
    Odrade

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s